Géographie et Histoire


En région Auvergne-Rhône-Alpes, à mi distance (65 km) entre Lyon et Grenoble, les étangs du Grand Albert et du Petit Coquet sont situés dans le massif de Bonnevaux, sur la commune d'Arzay, en Isère.

 

Au cœur de 8500 hectares de forêt, le massif de Bonnevaux est situé entre 500 et 600 m d'altitude. Il est parsemé de nombreux étangs (près de 300) qui créent une ambiance singulière. Les sols, de nature argileuse, sont favorables à la construction de digues en terre pour la création d'étangs. L'alimentation en eau se fait principalement avec les eaux pluviales, mais aussi par transferts entre étangs.

 

L'étang du Grand Albert est de loin le plus grand avec une superficie en eau d'environ 16 ha, en tête du Bassin de la Varèze, cours d'eau qui va se jeter dans le Rhône.

 

Les étangs de Bonnevaux ont été vraisemblablement créés par les moines de l'abbaye cistercienne, fondée en 1117. L'objectif était la production piscicole pour la consommation des moines et la vente sur les marchés de Vienne et de Lyon.

 

L'étang du Grand Albert a ensuite appartenu au seigneur d'Ornacieux. Félix Albert Pion achète, en 1874 l'étang du Grand Albert ainsi que l'étang du Petit Coquet. En 1970 les descendants créent une SCI familiale - la SCI du Grand Albert - et décident de louer les deux étangs pour en retirer un revenu et en faciliter l'entretien. L'étang du Grand Albert a ainsi été loué jusqu'en 2008 à une association de pêcheurs. En 2008, faute d'entretien, la digue du Grand Albert s'est rompue, et on assiste depuis à un assèchement de la zone humide et à la fermeture du milieu par enforestement rapide.

 

L'histoire récente du site est marquée par la signature d'une convention ORE (Obligation Réelle Environnementale) entre les propriétaires du site et la LPO Isère (Auvergne-Rhône-Alpes) pour une durée de 99 ans. Elle témoigne de la volonté des propriétaires de restaurer la biodiversité de l'étang du Grand Albert par modelage des fonds (afin de créer une mosaïque de milieux) et de le remettre en eau, afin de retrouver un site naturel qui sera protégé pour une très longue durée.